Pas prévu…mais pas déçu


C’était pas prévu et franchement décider à 2 heures du départ de courir un 10 kms plat comme une limande c’est pas mon kif. En plus toujours une douleur à l’aine. Alors qu’est que je fais sur cette ligne de départ avec les bitumeux?  

Tout simplement, il s’agit d’une course pour une bonne cause organisé par un copain en partenariat avec mon team Terre de Running Quetigny. 

Cela signifie qu’il y aura de nombreux copains au m2 et que l’ambiance sera à la fête solidaire et conviviale.

Maintenant parlons course.L’objectif était de faire une sortie tranquille à 12 km/h. Le départ est donné et je pars aux sensations qui me font courir à 14 km/h sans trop de mal. Je continue sur ce tempo et je remonte tranquillou la file des coureurs. 

Vers le 5 ème km les places sont stabilisées et je me retrouve à batailler avec le 1ier V3 que je réussis à décrocher non sans mal. C’est sans enjeu mais ça permet de faire défiler les mètres plus vite:).


Au 7 ème, je rejoins un terre de runner, Emmanuel je crois, qui va me challenger ce qui me relance et m’évite de ralentir. Merci à lui. 


Je finis le dernier km seul et finis en 43 mn…inespéré et donc plutôt content.

Place aux remises des prix avec un podium collectif pour Terre de Running! 

Trail de la Pérouse 


img_2719J’ai longtemps hésité avant de m’inscrire au Trail de la Pérouse, 26 km sur et 850 D+. Une douleur désormais chronique à l’abdomen ne me permettra pas d’être compétitif…mais j’aime bien ce parcours, un des trains les plus joli du coin.L’argument qui fera pencher la balance est l’idée que sur la Diagonale des Fous en octobre, je devrais avancer même si les douleurs sont là…donc autant s’y préparer.

Je me retrouve ainsi sur la ligne de départ avec tous les amis Terre de Running. Nous avons de la chance : il fait frais mais il ne pleut pas, ce sera humide mais pas boueux.

Ça commence par une belle montée et je pars, encore plus que d’habitude, sur un rythme tranquille en sachant que j’ai volontairement zappé l’échauffement.

img_2715-2

Sur les 15 premiers kilomètres, tout se passe comme prévu mais à ce moment là la douleur se réveille…il va falloir faire avec. J’ai en plus à ce moment là un petit coup de moins bien qui durera jusqu’au 20 ème kilomètres. J’aime bien finalement ces moments où il faut gérer la misère…il faut puiser dans ses ressources en attendant que ça reparte.

Ça va repartir lorsque deux terres de runner vont me rejoindre, Vincent et Stéphane. Ca me rebooste et je me relance avec un petit retour d’énergie. Jusqu’à l’arrivée, Stéphane et moi allons nous relayer pour finir au mieux. Sympa comme fin de parcours. Finalement je finis en 2h37 contre 2h30 l’an passé…pas si mal vu l’état de la carcasse.

Maintenant place aux discussions avec les amis et aux podiums de Marion et Rose.

Un risque à courir

Rassurez vous…courir n’est pas une activité très risquée!  Sauf s’il s’agit d’un livre dans lequel l’imagination de l’auteur, Jean-Marie de Dinechin, en décide autrement.

J’ai lu ce livre avec plaisir en reparcourant avec lui les grands trails français au cours des différents chapitres.

Et surprise, j’y retrouve une course locale, la course du Mont Afrique!


Pour les intéressés, achat par internet uniquement 🙂

Foulées solidaires

image

Mais qu’est ce qui a bien pu me motiver pour m’inscrire à ces foulées de Genlis? Course nature de 11,2 km sur un parcours plat comme un œuf (12 m de D+!)…moi qui aime les longs parcours avec beaucoup de dénivelé et des paysages à couper le souffle…

Tout simplement, l’envie de participer à l’élan de solidarité pour le Téléthon et de partager ce moment avec mes amis Terres se Runners.

C’est la fin de saison et les sensations ne sont pas excellentes mais après tout s’arracher sur cette distance ne peut que me faire du bien.

Sur ces courtes distances, il faut en plus s’échauffer car ça part vite donc allez on va trottiner un petit kilomètre. Il fait frais mais heureusement le soleil est là pour nous réchauffer.

C’est parti. Je pars doucement et remonte quelques coureurs sur les premiers kilomètres jusqu’à la séparation des épreuves du 11 et 6 kms. Le parcours enchaîne de grandes lignes droites sur des chemins blanches avec quelques passages dans des champs terreux. Heureusement, il a gelé et ça ne colle pas trop aux runnings.

unnamed-1

A partir du 8 ème km, je me retrouve avec deux jeunes coureurs et nous nous amusons, façon de parler, à nous doubler à tour de rôle. Nous sommes à fond et nous jouons à qui lâchera en premier. Jeu assez rigolo… mais très éprouvant.

unnamed

Je vais réussir à prendre 50 mètres d’avance en profitant de la traversée du dernier champs qui sous l’effet du dégel devient légèrement boueux. Je conserve cette petite avance jusqu’à l’arrivée, petit plaisir de fin de course.

image

Voilà, sans doute la dernière course de l’année qui finit d’une belle façon avec un podium collectif car l’association Terre de Running était la mieux représentée.

image

Trail Secouriste Sans Frontière

C’est dimanche matin et un trail solidaire est proposé ce matin…donc je suis motivé…enfin avant d’ouvrir les volets …c’est tout gris avec un brouillard humide et il fait frais. J’avoue que j’hésite un peu mais bon courir pour une bonne cause et l’envie de papoter avec les copains de Terre de Running font pencher la balance du bon côté.

14690935_10211328991528972_3834499216607901413_n

C’est parti pour 14 kms avec finalement de bonnes jambes et je me retrouve dès le départ dans le top 20. Une partie plate nous permet de nous échauffer pendant 2 kms avant d’entamer les hostilités dans les pentes de la Combe aux Serpent sur des chemins que je connais par coeur. Après la montée, je me fais plaisir dans la descente en envoyant un peu…les cuisses sont un peu « out » en bas mais je m’éclate et c’est bien l’essentiel aujourd’hui sur ce trail sans enjeu puisqu’il n’est prévu ni classement ni chrono.

photo2

J’enchaîne la deuxième montée avec un petit manque de fraîcheur car la veille j’ai déjà galoper pendant 12 kms …c’est pas grave, on se refait une dernière descente à vitesse maximum dans les petits singles…un pur bonheur.

photo1

Bon la fin est moins sympa, puisque l’on finit sur du plat…mais bon faut bien rentrer et profiter du ravito pour refaire la course avec les copains  et féliciter l’association Secouristes sans Frontières pour leurs actions.