trail de la Vallée de l’Ouche 2013

didier-freerunner-podium
La journée s’annonce chaude, car il fait déjâ 22 degrès à 8 h du matin.
Au menu, un trail de 26 km avec 900 mètres de dénivelé. Départ à 9h30 et arrivée prévue vers midi avec 32 degrès attendus.
Sur ce trail, le départ du 12km et du 26 km se font ensemble soit 250 personnes qui s’élancent sur un chemin étroit, en montée et parsemé d’embuches.
J’ai opté ce matin pour un stratégie de départ prudente, car l’expérience m’a convaincu que partir lentement sur ce type de distance et c’est un pari gagnant. En plus, j’ai lu avant de partir le compte rendu de course de mon ami Fernand qui n’a fait qu’appuyer ma conviction. Avec la chaleur annoncée, les départs trop rapides se paieront cher. En plus, le départ lent m’a permis de limiter l’échauffement à 1 km de marche pour rejoindre le départ et d’économiser quelques forces.
Le parcours commence par une longue montée que je monte au rythme dans le peloton en étant vigilant sur ma pose de pied car le chemin est piègeux à souhait. Puis c’est la descente où je reprends déja de nombreux coureurs exténués par la première montée.
Au 7 ème km, le 12 et le 26 km se séparent et on se rend alors mieux compte avec qui on est en compétition sur le 26. Je double un premier kikourou ArnoS qui vient de Lyon et avec qui j’ai échangé quelques mots avant le départ.
Ensuite c’est une longue montée jusqu’au 15 ème km. Elle est entrecoupée de quelques parties plates où il faut savoir relancer. Je double une féminine que je croise souvent sur les trails et qui est de mon niveau. Tiens, je serais dans un bon jour ?
Evidemment, il faut boire quasi toutes les 10 mn et je prends une douche avec 3 verres d’eau à chaque ravitaillement pour refroidir la machine.
Au 15 ème km, un photographe sympa m’annonce que je suis 20 ème. Tiens pas si mal car l’an dernier j’avais fini 32 ème. Ma vitesse est plus faible que l’an passé, mais la chaleur écrase les chronos de tout le monde. Tiens, je serais dans un bon jour ? 😉
Je dépasse également Fulgurex un kikourou bien connu de la région victime de crampe qui l’oblige à marcher.
Entre le 15 et le 20ème km, je poursuis deux coureurs que j’aperçois à environ 200 mètres devant. Je vais les rattrapper au rythme sans m’énerver, mais il me faudra 5 km pour les dépasser à la faveur d’une descente. J’ai fait quelques progrès en descente et ça paye en compétition.
Arrive la dernière montée. Elle est terriblement longue et les corps sont éprouvés. Je réussis à courir environ pendant la moitié de cette dernière côte, ce qui me permet de rattrapper 2 concurrents « marcheurs ».
Ensuite j’opte pour la marche rapide contrairement au concurrent qui me précède qui court mais lentement. Je me fais un peu distancer, mais je connais la fin du parcours en lègère pente descendante qui permet de sprinter si son état le permet… Bon calcul, à peine atteint le sommet, je me lance à fond pour les derniers 500 mètres et je laisse sur place le coureur qui me précédait.
Voilà, je franchis la ligne d’arrivée et fonce directement sur le ravitaillement de l’arrivée pour refaire les niveaux.
Je vais me renseigner sur mon classement et … Je suis 15 ème au scratch… Et 3 ème V1 !!!!! Je viens de décrocher mon premier PODIUM !!!!!!!!!!
Un de mes rêves vient de se réaliser. Je monte sur la boite, fier de ma performance, de mes entraînements qui finissent par payer et surtout, ce qui a fait la différence aujourd’hui, la gestion de la course !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s