Trail Secouriste Sans Frontière

C’est dimanche matin et un trail solidaire est proposé ce matin…donc je suis motivé…enfin avant d’ouvrir les volets …c’est tout gris avec un brouillard humide et il fait frais. J’avoue que j’hésite un peu mais bon courir pour une bonne cause et l’envie de papoter avec les copains de Terre de Running font pencher la balance du bon côté.

14690935_10211328991528972_3834499216607901413_n

C’est parti pour 14 kms avec finalement de bonnes jambes et je me retrouve dès le départ dans le top 20. Une partie plate nous permet de nous échauffer pendant 2 kms avant d’entamer les hostilités dans les pentes de la Combe aux Serpent sur des chemins que je connais par coeur. Après la montée, je me fais plaisir dans la descente en envoyant un peu…les cuisses sont un peu « out » en bas mais je m’éclate et c’est bien l’essentiel aujourd’hui sur ce trail sans enjeu puisqu’il n’est prévu ni classement ni chrono.

photo2

J’enchaîne la deuxième montée avec un petit manque de fraîcheur car la veille j’ai déjà galoper pendant 12 kms …c’est pas grave, on se refait une dernière descente à vitesse maximum dans les petits singles…un pur bonheur.

photo1

Bon la fin est moins sympa, puisque l’on finit sur du plat…mais bon faut bien rentrer et profiter du ravito pour refaire la course avec les copains  et féliciter l’association Secouristes sans Frontières pour leurs actions.

 

L’UT4M challenge, un beau défi!

C’était le défi de l’été, courir 168 kms en 4 étapes avec 11 000 de D+. J’étais confiant avec un niveau de forme et d’entraînement correct.

L’Oisans

Au menu de cette première étape, le massif de l’Oisans nous était proposé. Lever matinal, un petit tour de bus et me voilà sur la ligne de départ. Il fait encore nuit et la frontale est de sortie. La journée est annoncée chaude et ensoleillée.

Comme c’est souvent le cas dans ces trails montagnards, le profil est assez simple : une grande montée puis une grande descente. Ne cherchez pas le plat, il n’y en a pas… Lire la suite L’UT4M challenge, un beau défi!

Trail de la Vallée de l’Ouche 

Aujourd’hui au programme, un trail de 27 kms et 1350 mètres de D+ : le trail de la Vallée de l’Ouche. Je connais bien ce trail qui m’a plutôt porté chance puisqu’il a été le lieu de mon seul podium master 1.Après une période de méforme liée à quelques problèmes d’estomac, la forme semblait revenir lors des derniers entrainements. Allez on y croit.

Sur la ligne de départ nous sommes près de 120 coureurs…le soleil a fait sortir le trailer.

Je pars assez doucement car ça monte et je ne me suis pas échauffé. De toute façon, je pars pour plus de 3 heures donc on reste calme.

Je suis en milieu de peloton à la soixantième place et les jambes ont l’air de vouloir répondre. Lire la suite Trail de la Vallée de l’Ouche 

un trail exigeant!

Vendredi soir…20h00…je reçois un sms de mon pote pour covoiturer pour se rendre au trail de Fontenay. Tiens bizarre, le trail c’est dimanche…enfin c’est ce que je croyais, le trail est bien programmé samedi à 16h00!Là, j’ai tout faux, car je me suis tapé un entrainement assez costaud ce vendredi et courir un trail de 33 kms avec 1000 de D+ ça va être compliqué. De plus, les 15 jours passés sans courir pendant mon trek à la Réunion me font douter.

J’hésite…y aller, rester couché? Finalement, je décide d’y aller, on verra.

Quelques minutes avant le départ, tous les trailers font le même constat : il fait chaud et les pluies de la veille ont rendu le terrain bien gras. Ca va être la fête.


Le départ est donné et le parcours commence par un faux plat descendant, parfait pour s’échauffer avec mes deux amis Christian et Jo que je ne pourrai pas suivre aujourd’hui:) 

Le parcours est très plaisant et nous nous retrouvons très vite en sous bois avec de nombreux passages au dessus ou à côté de cours d’eau. Superbe avec en bonus, la traversée du parc de l’Abbaye de Fontenay, tout cela sous un beau soleil.

Très vite se présente un premier mur…ça pique dans les cuisses, ça glisse, et je finirai comme beaucoup de trailer à quatre pattes pour finir l’ascension. Nous aurons le plaisir de 3 autres montées du même calibre.

Tout se passe plutôt bien pour moi jusqu’au 15 ème km. A ce moment là je cours avec Olivier et nous nous relayons sur un bon rythme. Et là sur petite descente bien glissante, c’est la chute avec mon mollet qui est pétrifié par une crampe. 

Je me relève, je trottine…ça a l’air d’aller et on reprend son rythme avec quelques minutes de perdu. 


Je me retrouve un peu seul, avec personne devant ni derrière. Pas génial. Je poursuis mon effort en espérant rattrapper quelques trailers partis trop vite sur ce trail assez exigeant.


Après quelques kms, j’aperçois enfin un trailer et je me lance à sa poursuite…j’en rattraperai ainsi 3. Je finis plutôt bien ce qui me rassure sur mon état de forme pour la suite.

Allez, c’est l’heure des discussions avec les potes. 

Quand la forme n’est pas là…

Lors de mes séances d’entraînement de la semaine, les sensations n’étaient pas au rendez-vous. Aucun jus et impossibilité d’accèlèrer.


Donc ce matin, sur la ligne de départ du Trail des Vignes (30 kms et 700 D+), je ne me faisais pas trop d’illusion sur ma performance du jour.

Nous sommes chanceux car malgré un temps orageux nous resterons au sec toute la journée! Mais les pluies de la nuit ont rendu le parcours boueux ce qui ne va pas faciliter nos déplacements.

Le départ est donné à 10h00 et après quelques kilométres, je ne peux que constater que les jambes ne sont pas revenues. J’essaye d’accélérer à plusieurs reprises mais le corps ne répond pas.

A mi parcours, l’idée d’arréter s’installe dans mon esprit…un premier abandon?

Non. Le mental reprend le dessus et ma liste du pourquoi je dois continuer s’écrit toute seule :

  • ta femme t’attend à l’arrivée,
  • tu dois porter le maillot du team Terre de Running à l’arrivée,

  • tu cours pour une association qui aide les enfants atteints du cancer, coup de pouce,

  • tu peux peut être encore marquer quelques points au challenge trail…

Plusieurs coureurs me double et je ne peux pas les suivre. Heureusement je vais croiser deux Terre de Runner qui vont me relancer un peu : Stéphane qui hélas à chuter et Hervé qui va m’accompagner sur la fin du parcours.


Malgré cette contre performance, j’ai passé une excellente journée avec mes amis trailer. Bravo à tous ceux qui ont réalisé une belle performance et tous mes encouragements à tous ceux qui comme moi aujourd’hui ont connu un petit coup’de mou:).

partager mes expériences de running